ulmer
gallet
sopos
gueneau
aerazur
socapex
accueil | nouveautés | équipements de tête | tenues de vol | contact
:: Aéronavale
Pilote de Corsair de la 15F
Pilote de Dakota de la 56S
Navigateur de Breguet Alizé

:: ALAT
Pilote de Nord 3400

:: Armée de l'Air
Elève-pilote de Stampe
Pilote de MD-450 Ouragan
Pilote de T6 Texan
Pilote strato de Mirage IIIC
Pilote de Fouga Magister
Pilote de RT-33A
Pilote de Mirage III
Pilote de la PAF 1983
Pilote de Mirage 2000B
Pilote de Mirage F1C


Pilote de Mirage III - milieu des années 70

DESCRIPTION DE LA TENUE
Ce mannequin illustre la tenue d’un pilote de Mirage III des années 70, lors de l'entrée en service des nouveaux équipements de protection physiologique. En effet, le début des années 70 voit la silhouette du pilote chasse changer :

le casque de vol Gueneau 316 et le masque Ulmer 82A remplacent le Gueneau 312 et le masque A13ACM,

la combinaison « cabine étroite » connaît des modifications principalement au niveau du tissu utilisé et du systèmes de poches de cuisses,

les blousons de vol sont dorénavant réalisés en cuir,

le gilet de sauvetage Aérazur ARZ type 33 laisse la place à l'ARZ 35, mais n'est pas revêtu systématiquement à cette époque,

le pantalon anti-G Aérazur ARZ type 817 évolue en une version 817M2 confectionnée dans une matière plus résistante

et les bottines de vol modèle 73 se substituent aux chaussures semi-basses.

Il est cependant à noter que ces nouveaux équipements ne remplacèrent pas du jour au lendemain les matériels en dotation dans l’armée de l’air depuis les années 60. A partir de 1970 et pendant plusieurs années, les différentes versions d’équipements cohabitèrent et au sein d’un même escadron, il était fréquent d’observer une grande variété dans les tenues de vol. Certains pilotes portaient l’ancienne combinaison mais avaient le nouveau PAG 817M2, pendant que d’autre avaient la nouvelle salopette mais disposaient encore du premier modèle de pantalon anti-G en nylon.


DÉTAILS DES ÉQUIPEMENTS

Une recommandation du BSV (Bureau Sécurité des Vols) faisant suite à des mésaventures survenues en vol à des équipages de T-33 essentiellement, préconisait d'enrouler le cordon de liaison long d'1m25 (référence Socapex S4001) à l'arrière du casque en le passant dans les sangles d'écouteurs et de nuquière. De plus, la prise était inversée pour que le cordon ne soit pas trop coudé. Les premiers cordons étaient gainés en tresse synthétique noire à l'image des derniers ensembles acoustique équipant les serre-têtes 312-313. Progressivement au cours des années 70, ils on été remplacés par des cordon de 85 cm gainés de tissu en coton bleu-gris.
Dans les années 70, une nouvelle combinaison cabine-étroite fait son apparition. Contrairement à sa prédécesseure qui était équipée de poches intégrées aux cuisse, celle-ci ne possède qu'une poche qui plus est amovible. L'autre cuisse étant équipée d'une pression sous une pièce de tissu permettant d'y attacher une pince porte-documents. La combinaison garde cependant le principe de l'anneau (pour l'extraction par grue du pilote s'il venait à être blessé dans son cockpit) sur le flan gauche et la poche de bras ronde.
Au milieu des années 70, un nouveau gilet fait son apparition : l'Aérazur ARZ type 35. Ce gilet répond aux mêmes exigences générales que ses prédécesseurs. A noter que cet exemplaire est la toute première version avec le dégrafeur rapide mâle de la SATER sur le flan tandis que l'anneau en 'D' est sur le devant. Rapidement ces deux attaches seront inversées pour une question de confort.
Le pantalon anti-g utilisé sur Mirage III dans les années 70 est l'Aérazur ARZ 817M2, celui-ci étant une évolution du 817, qui était confectionné dans un tissu relativement fragile mais qui continuera néanmoins d'être utilisé conjointement avec le M2 tout au long des 70's et même au début des années 80 dans la PAF. Le M2, qui se gonfle grâce à de l'air comprimé se différencie au niveau de l'embout de gonflement du PAG 817O2M2 qui lui se gonfle avec de l'oxygène.